Je suis une photographe 3.0

Vous avez certainement dû participer à cette conversation, vous aussi. Celle où on se lamente de ce monde gouverné par le web. Celle où on fustige internet qui tue les commerces de proximité et crée des relations froides et virtuelles là où "avant" régnait la chaleur humaine. Je suis toujours un peu partagée face à ces conversations alarmistes. Parce que oui, c'est vrai, en tant que maman je suis souvent inquiète de la place immense qu'internet va prendre dans la vie de mes enfants, et des dangers potentiels contre lesquels je me sens largement incapable de les protéger. En tant que citoyenne, je suis mal à l'aise de penser à la foultitude d'informations concernant ma vie privée ou mes habitudes de consommation qui sont stockées quelque part dans le cyber-espace.

Et en même temps, je me sens totalement accro au web. Je fais partie de ces personnes qui ont des palpitations quand la connexion wifi devient indisponible, et qui se demandent comment elles pouvaient vivre correctement quand elles n'avaient pas la fibre. De ces geek qui vérifient leur boîte mail 22 fois par jour sur leur téléphone. De ces gens étranges qui se sont fait des amis sur internet, des amis qui comptent maintenant pour de vrai dans la vraie vie. De ces mauvais consommateurs qui font régulièrement leurs courses sur internet pour gagner quelques précieuses minutes de temps libre dans une vie surchargée. Je suis cette personne-là.

Et surtout, surtout... Tout Petit Pixel n'existerait pas sans le web. C'est aussi simple que ça. Je n'ai pas de boutique, pas de vitrine, pas de catalogue papier. J'ai des cartes de visite qui ramassent la poussière dans un tiroir et dont je ne me sers jamais. La réalité c'est que j'existe entièrement grâce à mon site internet, ce site sur lequel vous me lisez actuellement, que j'ai construit et alimenté avec amour pendant des années.

Je n'ai jamais eu à démarcher un seul de mes clients, et pourtant mon agenda est plein pour les 5 prochains mois. Tous ces clients m'ont trouvée grâce à mon meilleur ami Google, qui les a menés jusqu'à moi. S'il y a en librairie un livre avec mon nom dessus, c'est parce qu'un jour un éditeur a fait des recherches sur internet et a découvert mon travail. J'ai trouvé son message un matin dans ma boîte mail, et l'histoire a démarré. Si on me demande aujourd'hui de venir faire des conférences aux Etats-Unis, c'est parce qu'il y a des années de ça j'ai cherché à me former à la photo lifestyle et que je n'ai rien trouvé de valable en France, donc j'ai dégoté sur internet une communauté de photographes américaine, qui fait aujourd'hui intégralement partie de mon quotidien. Tout ça, c'est la magie du web.

Donc je suis bien obligée de l'admettre : je suis une photographe 3.0.

Si on creuse un petit peu néanmoins, on se rend vite compte que ce que j'appelle "la magie du web", c'est en réalité beaucoup de travail. Ce sont des milliers d'heures à optimiser ce site, à créer ses contenus, à tenter des décrypter les algorithmes complexes des moteurs de recherche pour "optimiser mon référencement". Etre photographe ce n'est pas seulement faire des belles photos, c'est faire en sorte que ces photos soient VUES. Ce qui demande aujourd'hui une technicité assez incroyable qu'on appelle le web-marketing.

Pourquoi je vous raconte tout ça, me demanderez-vous ? Parce qu'il y a quelques mois, j'ai été contactée par Rachel Nething au sujet de son projet de livre. Un livre pour prendre les photographes par la main, et les guider dans cette jungle de l'internet et du marketing virtuel. Et qu'elle voulait m'interviewer, pour que j'y partage mon expérience, ce que j'ai accepté avec enthousiasme.

Rachel fait partie de ces relations qui ont commencé par du virtuel, pour devenir réelles. Je la connaissais bien avant de la rencontrer en chair et en os. Elle est non seulement photographe, mais aussi fondatrice du blog Portrait ou Paysage, une communauté pour photographes passionnés et professionnels. J'avais suivi son aventure depuis le début, convaincue du bien fondé de son approche (l'entraide et l'échange, ça aide à avancer !), et je me suis à nouveau enthousiasmée sur son projet de livre, parce que disons-le tout de suite : si ce livre avait existé il y a 5 ans, j'aurais gagné des centaines d'heures de recherche et de tâtonnement pour en arriver là où j'en suis.

Ce livre est désormais disponible en librairie, et je le recommande à tous les photographes qui ont une présence sur le web. Il est clair, il est concret, il est utile. Bravo Rachel pour cet immense boulot !

 

Photographe 3.0