Soyons sérieux... ou pas ! (Episode n°115)

Février, c'est le mois de tous les dangers quand on chasse le sérieux. C'est le dernier tournant de l'hiver, ce moment où n'en peut plus du froid et des microbes, du ciel gris et des gros manteaux. Pour lutter efficacement contre la déprime, vous pouvez commencer par revisiter les 114 épisodes précédents de cette chasse au sérieux, qui regorgent d'idées qu'on peut utiliser même en plein hiver, quand le vent glacial nous empêche de mettre le nez dehors.

Ou vous pouvez être super flemmards (on ne vous en voudra pas, c'est février, tout le monde a la flemme en février) et vous contenter de ce tout nouvel épisode, qui devrait suffire à chasser les humeurs noires.

L'an dernier à peu près à la même époque, je vous avais vanté les mérites de sauter sur le lit. C'est toujours aussi vrai. Mais comme je n'aime pas me répéter, je vais vous vanter aujourd'hui les mérites de sauter sur le canapé.

L'avantage : pas besoin de trop bouger, vous étiez déjà avachis devant la télé, y'a plus qu'à vous mettre debout et hop c'est parti. L'inconvénient : la surface rebondissante est bien plus petite, donc il vaut mieux savoir viser à l'atterrissage (vous ne pourrez pas dire que je ne vous avais pas prévenus).

Avertissement important adressé à tous les maniaques du ménage : si dans les images ci-dessous vous remarquez comme des volutes de fumée qui se dégagent du canapé à l'endroit où les enfants viennent de sauter, et si votre esprit mal placé venait à imaginer que ça puisse être un nuage de poussière... Clairement, vous n'y connaissez rien. C'est de la poudre magique. Si si. Quand on se met à sauter sur le canapé, des choses merveilleuses arrivent, comme par exemple un passage éclair de la Fée Clochette qui ne rate jamais une occasion de s'amuser. Abracadabra.

Enfants-qui-sautent-sur-le-canape.jpg
Photographe-enfants-lifestyle.jpg
3-freres-qui-rient.jpg