Soyons sérieux... ou pas ! (Episode n°112)

photographe-enfant-mouvement.jpg

Pour ce nouvel épisode de la chasse au sérieux, je ne vais pas y aller par quatre chemins : de quand date la dernière fois où vous avez bougé vos fesses ? Et pas que vos fesses d'ailleurs, mais bon, en général quand les fesses sont en mouvement le reste suit.

Je vous vois d'ici, avachis dans votre siège de bureau face à votre écran, ou bien vautrés dans votre fauteuil avec votre mobile au creux des mains... plus statique que vous, on meurt. Je suis bien placée pour le savoir, je suis dans le même cas que vous à cette minute précise.

Ca n'a l'air de rien comme ça, mais c'est bien plus grave qu'on y pense. Plus on stagne, plus on s'encroûte et plus on a de chance de se rabougrir, se renfermer, bref de sombrer dans un sérieux profond. Le sourcil se fronce, les mâchoires se crispent, l'humeur se ratatine. Alors que dès qu'on se bouge, qu'on se secoue, qu'on s'agite... On fabrique tout plein d'endorphines qui donnent le sourire.

Les endorphines, c'est la nouvelle arme secrète contre le sérieux, qu'on se le dise !

Vous pouvez commencer par courir autour de votre chaise, ou de la table du salon. N'ayez crainte, je ne vais quand même pas suggérer un footing, d'abord ça me fatigue rien que d'y penser et surtout il fait beaucoup trop froid dehors, et le froid ça met de mauvaise humeur. Mieux vaut rester bien au chaud dans votre petit chez vous pour ne pas prendre de risques. L'idéal serait de mettre la musique à fond et de danser, vous pouvez même éteindre la lumière pour éviter le regard incrédule du voisin d'en face (attention tout de même aux chutes éventuelles, prévoyez un peu d'arnica). Si vous me connaissez un peu, vous ne serez pas surpris que je suggère de sauter sur le lit à perdre haleine, franchement je ne m'en lasse pas. Et cerise sur le gâteau, si vous arrivez à entraîner un complice dans cette histoire, vous pouvez même vous lancer dans une grande bataille d'oreillers, ou un concours de saute-moutons. L'avantage de cette dernière solution c'est qu'en plus c'est la rigolade assurée, ce qui entraîne inévitablement une double dose d'endorphines. Magnifique.

Et vous voulez savoir ce qui est encore plus beau ? C'est que sans même y faire attention, vous aurez bien brûlé 2 ou 3 calories en route... Juste ce qu'il faut pour pouvoir justifier l'apéro de ce soir.

Elle est pas belle la vie ?